Rechercher
Rechercher :
Sur bonaberi.com   Google Sur le web Newsletter
S'inscrire à la newsletter :
Bonaberi.com
Accueil > News > People
Cameroun-Afrique : Le Groupe Bolloré piègé
(18/06/2008)
Cameroun-Afrique: Un scandale vient de se déclencher en France, mettant à nu les méthodes du "géant" pour neutraliser ses concurrents, ce qu'il conteste.
Par Eugène Dipanda
Vincent Bolloré, en eaux troubles?!
Vincent Bolloré, en eaux troubles?!
Le président de la République française est saisi du problème. Celui du Cameroun aussi. Le courrier destiné à ce dernier lui a été transmis à l'hôtel intercontinental de Genève où il réside depuis quelques jours. Nicolas Sarkozy et Paul Biya ont en effet reçu, respectivement le 07 et le 13 juin 2008, des lettres signées de Jacques Dupuydauby, Pdg de Progosa, l'un des principaux concurrents du Groupe Bolloré dans le domaine de la gestion portuaire en Afrique. Ces correspondances dont le ministre de la Justice, Amadou Ali, a reçu copie, font référence à un livre intitulé "Allez-y, on vous couvre", sorti officiellement le 12 juin dernier en France. Son auteur Patrick Baptendier, un ancien gendarme devenu enquêteur privé, y raconte notamment "Les liens qui existent entre des services de l'Etat, en l'occurrence la Dst, et les agences dites d'intelligence économique".

"J'ai été directement victime de cet usage dévoyé. L'auteur m'a communiqué un extrait de cet ouvrage où l'on peut lire, sous le chapitre 15, qu'en 2005, la société Geos (un spécialiste de l'intelligence économique, la sécurité et la sûreté, et appartenant à Bolloré, Ndlr) lui a confié en sous-traitance la mission d'espionner, notamment par voie d'écoute illégales, l'un de mes collaborateurs, et de chercher dans son passé des éléments susceptibles de lui nuire…", se plaint le Pdg de Progosa dans sa lettre à Sarkozy. Lequel souligne que la Dst aurait alors communiqué divers renseignements à caractère privé ou confidentiel à l'enquêteur commis par le Groupe Bolloré, pour faciliter l'exécution de sa mission.

Le but de la manœuvre est simple, selon le rapport qui est fait à Jacques Dupuydauby : jeter l'opprobre sur ce dernier et sur son collaborateur Gérard Perrier et… discréditer Progosa en Afrique de l'Ouest, où la société impose une concurrence des plus "farouche" au Groupe Bolloré.

"Les méthodes de Monsieur Bolloré sont indignes, et les moyens de pression qu'il utilise sont totalement inacceptables", écrit le Pdg de Progosa. Lequel indique au président français, pour l'image de la France en Afrique, "que Monsieur Bolloré et ses collaborateurs cessent d'utiliser à tout propos votre nom (Nicolas Sarkozy, Ndlr) pour impressionner les chefs d'Etats, en vue notamment de faire classer les instructions judiciaires qui le visent dans plusieurs pays pour des faits de corruption…".

Batailles

En tout cas, Jacques Dupuydauby dit avoir chargé son avocat, Me Jean-Pierre Mignard, de déposer plainte contre X en France, et demander réparation de "l'entreprise de déstabilisation de Progosa commanditée par le Groupe Bolloré", qui avait pour nom de code Nicodème. L'ex-gendarme auteur du livre est actuellement mis en examen pour "corruption, recel et complicité de violation de fichiers automatisés". Nicolas Sarkozy, lui, devrait vite faire la lumière, à travers son ministère de l'Intérieur, sur ce que la presse française appelle "les petits trafics de la Dst". Mais la proximité du président de la République française avec Vincent Bolloré, qui est de notoriété publique, fait peser des doutes sur la poursuite sereine des enquêtes…

En fait, les correspondances adressées à Paul Biya et Amadou Ali semblent avoir été commises à titre d'information aux autorités camerounaises, pour décrier ce que Progosa appelle "les méthodes du Groupe Bolloré". "Nous ne sommes pas étonnés des agissements du patron de Progosa. Il s'agit d'une manœuvre de plus dont nous ne sommes même pas sûrs que ce soit vrai", ont laconiquement réagit les responsables du Groupe Bolloré cités par certains journaux français. Selon le Groupe Bolloré en effet, Progosa voudrait simplement "récupérer certains actifs développés par le Groupe Bolloré", indiquent les mêmes sources. Le ping-pong juridico-économique semble ainsi relancé entre les deux concurrents. Lesquels sont engagés dans une guéguerre sans fin, qui remonte à un peu plus de quatre ans, période où Jacques Dupuydauby travaillait encore avec le Groupe Bolloré dans une activité de manutention en Afrique de l'Ouest.

Depuis lors, les deux concurrents sont opposés devant les juridictions de plusieurs pays d'Afrique, dont le Cameroun. Depuis novembre 2007, en effet, Progosa a déposé plainte pour "corruption et favoritisme" contre le Groupe Bolloré, lorsque ce dernier a remporté la concession du Port autonome de Douala (Pad). A la suite de quoi, le Groupe Bolloré, qui précise que la concession du port est gérée par un consortium constitué de Maersk (actionnaire majoritaire qui a désigné le directeur général du terminal), de Bolloré et de l'Etat du Cameroun, a lui aussi saisi les tribunaux camerounais pour "diffamation". Les deux procédures sont toujours en cours. Et les responsables locaux du Groupe Bolloré, que nous avons joints hier pour obtenir leur point de vue sur ce nouveau rebondissement, ont indiqué qu'il s'agissait d'une campagne de presse dirigée contre le groupe, sur la base d'extraits de l'ouvrage choisis à dessein et très souvent sortis de leur contexte. Indiquant qu'ils réagiraient de manière opportune dans les prochains jours.



Source: Quotidien Mutations


Partager l'article sur Facebook
 
Classement de l'article par mots clés Cet article a été classé parmi les mots-clé suivants :
groupe bolloré  
(cliquez sur un mot-clé pour voir la liste des articles associés)
Discussions Discussion: 6 bérinautes ont donné leur avis sur cet article
Donnez votre opinion sur l'article, ou lisez celle des autres
Sur copos Sur Copos
Les vidéo clips Les vidéos clips
Récents Récents


Accueil  |  Forum  |  Chat  |  Galeries photos © Bonaberi.com 2003 - 2022. Tous droits de reproduction réservés  |  Crédit Site